Recherche avancée

AMEUILLER [amœje]
v. intr.

Rem.

Variante graphique : (d’après une variante de prononciation) ameiller.

1

Rural Avoir le pis qui se gonfle de lait (en parlant d’une vache sur le point de vêler); par ext. être sur le point de vêler.

La vache a commencé à ameuiller.

Rem.Usité également en Acadie, mais moins couramment que remeuiller (voir s.v. remeuil).

Région. Saguenay–Lac-Saint-Jean). Enfler à l’eau (en parlant d’une chaussure). (Lavoie 2660).

 Ameuillée adj. f. Qui a le pis gonflé de lait; qui est sur le point de vêler. (PPQ 502B, Lavoie 1304).

 Ameuillante adj. f. Qui ameuille. (LavPays 20).

2

Fig., vieilli Ameuille (donc)! : dépêche-toi, hâte-toi (donc)!

Vieux (Probabl. par allusion à l’inactivité de la vache à la fin de sa gestation). Ne rien faire, paresser.

Il va faire du lard, il ameuille depuis quinze jours. (GPFC).

Histoire

Du latin *admolliare, variante de amouiller qui s’est imposé en français de France dans la langue des vétérinaires (v. FEW 24, 168b, et Lexis 1979).

1Depuis 1894 (Clapin); attesté notamment dans les parlers du Nord-Ouest, de l’Ouest et du Centre de la France (v. FEW 24, 169a, ALIFQ 507 et ALQ 508). Ameuillante a été relevé dans les mêmes régions. 2Depuis 1894 (Clapin).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Ameuiller. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 27 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/ameuiller