Recherche avancée

AMBITION [ɑ̃bisjɔ̃]
n. f.

1

Vieilli Fierté personnelle, amour-propre; par ext. entêtement.

Rem.Le sens de « désir ardent de gloire, d’honneurs, de faveurs, de tout ce qui élève socialement ou intellectuellement » est usuel, comme en France, d’où le dicton l’ambition fait mourir (périr) son maître (son homme, son cochon).

Le bonhomme aimait à faire des rimettes : – Mon neveu, qu’y me dit, v’là mon fils, j’ te le confie, pour son profit. [/] Fallait ben répondre sur la même air, c’ pas? J’y dis : – Père Pomerleau, j’ suis pas un gorlot, laissez-moi le matelot, sed libera nos à [sic] malo! [/] C’est ça [...] qui tordit l’ambition au bom’ Gustin! Y pensait pas que Jos Violon pouvait le matcher [« rivaliser avec lui »] de c’te façon-là, ben sûr. 1898, L. Fréchette, « Coq Pomerleau », A. Boivin et M. Lemire (éd.), Contes II. Masques et fantômes, 1976, p. 186.

[...] je prends pour un [lutteur] en partant puis il faut qu’il gagne, celui-là. Puis j’ai mon ambition, hein; je voudrais pas qu’il perde puis là je me choque. 1971, Montréal, Corpus Sankoff-Cedergren 119-255.

2

Vieilli Ardeur (à faire qqch.), stimulation trouvée dans l’accomplissement (de qqch.).

Il était plus tard que l’ordinaire, sa femme dit [...] : « T’es retardé à soir! » « Ben, il dit, l’ambition du bûchage, il dit, tu sais comment ce que c’est, il dit, on veut toujours n’en faire plus [...]. » 1949, Les Éboulements (Charlevoix-Ouest), AFEUL, L. Lacourcière 880.

[...] [les téléromans] c’est des émissions ça... y ont toutes du trouble là-dedans. [...] le père a du trouble avec sa fille, du trouble avec son gars pis eh... la femme de l’autre a sort avec l’autre [...]. [...] c’est ni plus ni moins qu’un [sic] ambition à regarder ça. Que c’est qu’y vont faire [...]. 1972, East Angus (Compton), Corpus de l’Estrie 6-243.

C’est plus fort qu’eux autres [les joueurs de hockey], tu sais. L’ambition du jeu, tu sais, ça [...] les pousse [...] à se battre [...]. 1972, Bromptonville (Richmond), Corpus de l’Estrie 6-46.

3

Vieilli ou région. Faire qqch., être à l’ambition, d’ambition : faire qqch., travailler avec beaucoup d’ardeur, en rivalisant d’ardeur (avec qqn).

 Être toute ambition à : travailler avec ardeur à.

Rem.Signalé partout au Canada français en 1904 (FSPFC); de nos jours, encore relevé dans Charlevoix et au Saguenay–Lac-Saint-Jean ainsi que dans la région de Rimouski.

[...] les cultivateurs étaient toute ambition à faire les travaux de fenaison le plus tôt possible [...]. 1894, Gazette des campagnes, Sainte-Anne-de-la-Pocatière (Kamouraska), 17 mai, p. 76.

– Combien de laine filez-vous dans une journée? – Ça dépend [...]! Je ne file pas à l’ambition; mais, suivant moi, il ne faut pas perdre de temps pour filer [...] environ une livre de laine. 1929, G. Bouchard, Vieilles choses, vieilles gens, p. 176 (absent de la 1re éd. de 1926).

Tous les grains se coupaient à la faucille dans ce temps-là, [...] ma mére coupait à l’ambition avec mon pére et quand elle rencontrait un « saut » [« parcelle déjà moissonnée »] que j’avais faite, ça lui donnait une chance d’arriver avant mon pére. Je le faisais exprès, je coupais des « sauts » comme ça du côté de ma mére, papa était obligé de travailler plus vite pour arriver au moins en même temps qu’elle [...]. 1972, Mistassini (Lac-Saint-Jean-Ouest), V. Tremblay, Mémoires de vieillards, no 757, p. 1-2.

Histoire

1Depuis 1894 (Clapin : « orgueil, entêtement, résolution tenace »; peut-être déjà en 1880, Dunn : « ne pas confondre avec Émulation, qui se dit toujours en bonne part »). Relevé en picard et en normand (v. VassPic et MoisyNorm); le normand atteste en outre le mot dans avoir de l’ambition « tenir à remplir honorablement sa tâche » (v. FEW ambitio 24, 402b). Cp. aussi le sens de « coquetterie » dans les parlers ardennais, et celui de « vanité » en wallon (ibid.). Pour le dicton l’ambition fait mourir son maître (depuis 1917, JutrParl 37), cp. l’ambition détruit son hôte, traduction française d’un proverbe hébreu (v. MalProv, s.v. ambition). 2Depuis 1930 (GPFC); déjà en 1910 dans un journal franco-américain (La Tribune, Woonsocket (Rhode Island), 15 février, p. 5 : son énergie et son ambition s’en vont). Relevé en picard, en normand et dans les parlers de la Suisse romande (v. HaignBoul, FEW id., et GPSR). 3Depuis 1894 (être toute ambition); depuis 1903 (être à l’ambition, travailler d’ambition, v. BPFC 2/4, p. 117). Hérité de France; cp. aller à l’ambition en picard (v. VassPic), ainsi que tirer d’ambition « tirer avec ardeur et volonté de toucher l’adversaire » en français du XIXe s. (dans le voc. de l’escrime, v. TLF).

 ambitionner.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Ambition. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/ambition