Recherche avancée

AMARINÉ, AMARINÉE [amaʀine]
adj.

1

Vieux (En parlant d’un aliment). Mis en conserve dans la saumure, dans le vinaigre.

2022, TLFQ, Cornichons amarinés [photo].

Poisson [:] salé ou sec, par 112 livres [...]; amariné, par baril [...]. 1847, Le Journal de Québec, 22 juillet, p. [2] (annonce).

Homards amarinés, en boîtes, chaque boîte contenant une douzaine de canistres […]. 1853, Le Journal de Québec, 28 avril, p. [4] (annonce).

Nous faisons venir des légumes de Montréal et de Québec; il se vend quantité de conserves qui ont été récoltés sur des pauvres terres : des fèves, des petits pois, des tomates; nous achetons les cornichons tout amarinés, le « katsup » en bouteille, quand ce n’est pas la soupe; et les asperges, et les épinards, et le reste et le reste. 1931, Le Droit, Ottawa, 9 septembre, p. 8.

Je n’ai jamais entendu dire que l’oignon, fut‑il crû [sic], frit ou amariné, faisait maigrir. 1940, Le Soleil, Québec, 22 décembre, p. 6.

 (Variante). Emmariné, emmarinée.

2

Vieux Pain amariné : pain doré.

2022, TLFQ, Pain amariné [photo].

 toast dorée (s.v. toast, sens I.2).

Histoire

De amariner.

1Depuis 1847 (dès 1748 sous la variante emmariné, v. PotierH 116 : Cornichons... Piments [etc.] emmarinés : salés et vinaigrés). Hérité de France; relevé en saintongeais (ventraîches de saumon amariné, v. MussSaint, s.v. amariner). Cp. en outre amariné « préparé et mis en boîte, en baril, pour être conservé plusieurs mois à la mer (en parlant de viandes, de légumes) » en français du XIXe s. (v. Besch 1847; v. aussi FEW marīnus 61, 346b). 2Depuis 1917 (BPFC 15/7, p. 333).

Dernière révision : juin 2023
Pour poursuivre votre exploration du mot amariné, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (2023). Amariné, amarinée. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/amarine-amarinee