Recherche avancée

ALUMINUM [alyminɔm]
n. m.

  

Vieilli Aluminium.

[...] la compagnie annonçait que la sécheresse qui a sévit [sic] au cours de l’été [...] avait abaissé au-dessous de son niveau normal l’eau emmagasinée dans les réservoirs, et de ce fait, la quantité d’électricité avait diminué la production d’aluminum aux usines d’Arvida, de l’Isle Maligne et de Shawinigan Falls. 1956, Le Lac-St-Jean, Alma, 3 mai, p. 4.

Histoire

Depuis 1895 (RinfrCorr-23, s.v. aluminium). De l’anglais nord-américain, où cette forme est usuelle. La forme aluminium est utilisée surtout en Grande-Bretagne (v. p. ex. Craigie, Webster 1986 et OAD 1980), d’où elle a été adoptée en français de France (depuis 1819, v. FEW aluminum 18, 6b) et, sous l’influence de ce dernier, s’est imposée en français du Québec.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Aluminum. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 16 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/aluminum