Recherche avancée

ALLIGATOR [aliɡatɔʀ]
n. m.

Rem.

Aussi prononcé [aleɡetœʀ], [elikatɔʀ], [ɛnikatɔʀ] et, par aphérèse, [nikatɔʀ].

  

(Dans le voc. de la drave). Bateau-remorqueur dont on se servait autrefois sur les lacs et les rivières pour transporter à la traîne de grandes quantités de billots flottant en masse compacte.

1908, C. Macnamara, Alligator [photo], Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alligator_boat_2.jpg

[...] en temps de sécheresse, la rivière coulant toujours à pleins bords comme avant, cela [le barrage] permet au flottage de s’exécuter avec le minimum de temps, sauf aux endroits où le lit ordinaire a été élargi par le lac artificiel créé. Cependant, on peut au moyen de barrages flottants y diriger sans accident la marche des bois; d’ailleurs on y fait le touage, au moyen de bateaux spéciaux appelés alligators. 1935, « Rapport du ministre des Terres et Forêts de la province de Québec », dans Documents parlementaires, vol. 69, t. 3, 1936, p. 26.

Histoire

Depuis 1935. Emprunt de l’anglais nord-américain où le mot n’est cependant attesté que depuis 1942 (dans le voc. de l’exploitation forestière traditionnelle, v. DARE; v. aussi DictCan et Webster 1986). Cet emprunt s’est diffusé par l’oral, ce dont rendent compte les diverses prononciations qu’il a connues.

Version du DHFQ 1998
Pour poursuivre votre exploration du mot alligator, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Alligator2. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/alligator-0