Recherche avancée

ALCÔVE [alkov]
n. f., parfois m.

Rem.

En France, le mot s’est généralement écrit sans accent circonflexe jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est dans la 5e édition de son dictionnaire (1798) que l’Académie française introduit l’accent circonflexe sur le o pour noter la durée longue vocalique, par analogie avec des mots du type trône (voir CatOrth, s.v. alcôve).

1

Enfoncement pratiqué dans le mur d’une pièce, d’un couloir, pour y recevoir un meuble, un objet (p. ex. une statue).

Rem.1. On trouve aussi, dans les mêmes contextes, niche, désignant un enfoncement pour une statue. 2. Comme en France, alcôve est connu au sens d’« enfoncement dans une chambre pour y placer un ou plusieurs lits ».

[...] une place de sayboard [= sideboard] en forme d’alcove avec une armoire de chaque coté et portes et en front une décoration composée de deux pilastres avec ses cannelures, bases et chapiteaux de volutes [...]. 1831, Québec, BAnQQ, greffe L. Panet, 11 avril, p. 5.

Quatre alcoves, dont deux dans les passages du 1er étage et deux dans les salles à diner des deux maisons. 1862, Québec, BAnQQ, greffe H. Bolduc, 11 novembre, p. 10.

Le soir, vers sept heures, l’on se rendit en grand nombre dans la salle du Collège, qui était des mieux décorées pour une si belle circonstance, et où il y eut bénédiction de la statue de St Louis de Gonzague, don des élèves, et aussitôt après il y eut procession, les élèves étant précédés de la fanfare qui, a son entrée, fit entendre un joli morceau durant lequel on installa la statue dans l’alcôve préparée pour la recevoir. 1889, Le Sorelois, Sorel, 2 avril, p. [2].

Le chœur sera très élevé et derrière les stalles une espèce de cloison en bois sculpté et dont le haut est percé à jour, en séparera complètement les différents autels placés dans les alcôves. De la sortie trois autels seulement seront à la vue des fidèles; le maître-autel et les deux autels latéraux, dont celui de gauche sera dédié au Sacré-Cœur celui de droit à la Ste‑Famille. 1905, Le Trifluvien, Trois-Rivières, 30 juin, p. 4.

Et ceux qu’on croyait le plus au‑dessus de toute cette corruption politique, qui posaient à la pudibonderie comme des statues dans des alcoves [sic], sont aujourd’hui démasqués comme aussi coupables et aussi éclaboussés que leurs comparses plus cyniques. 1936, L’Illustration nouvelle, Montréal, 15 mai, p. 4.

Petites enclaves au cœur de la salle à manger, deux alcôves pratiquées dans les murs, de part en part de la fenêtre, pour piéger la lumière. 1980, Décormag, février, p. 26.

« […] Les statues des quatre évangélistes, dans des alcôves sur la façade de l’église, ont pu être récupérées et restaurées. Elles sont maintenant au musée. » 1987, Le Soleil, Québec, 22 février, p. B8.

Toujours sur le palier, on appréciera un aménagement significatif d’un certain souci pour le détail : une alcôve a été prévue pour mettre en valeur les plus jolis bibelots. 2000, La Presse, Montréal, 8 juillet, p. I6.

Pavillon Marie-Morin. Un corridor vaste et lumineux, larges boiseries d’un autre siècle. Derrière les portes, des salles de réunion et des bureaux rénovés. Vides : l’administration y a séjourné brièvement avant de déménager dans la nouvelle tour du centre de recherche, au centre-ville. Seule dans son alcôve, au bout du couloir, une statue de la Vierge fleurie observe les lieux silencieux. 2014, Le Devoir, Montréal, 5 mars, p. A10.

4 idées pour intégrer harmonieusement votre télévision au décor [titre] […] Encastrez votre télé au mur : une telle alcôve permet d’encadrer la télévision et d’apporter du charme à la pièce. C’est encore mieux si votre appareil est fixé au mur et qu’on ne peut en distinguer tous les branchements. 2022, Le Journal de Lévis, 15 mars, p. 27.

2

Petit espace en retrait, coin spécialement aménagé pour favoriser une certaine intimité (p. ex. pour les repas).

2007, P. S. Foresman, Alcôve [illustration], Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alcove_(PSF).png

Alcôve à déjeuner, à dîner.

Une particularité de l’hôtel, c’est qu’il n’y a pas de grand hall comme partout ailleurs. Seulement un vaste corridor tout doré, étincelant de lumières, croisé par des alcôves ou des passages à angle droit. […] Au Waldorf, il suffit de stationner pendant quelques minutes dans une des alcôves; on est à peu près certain de voir passer celui qu’on cherche, s’il est dans l’hôtel, car tout le monde défile nécessairement dans le grand corridor. 1899, Le Soleil, Québec, 10 avril, p. [1].

L’alcôve à déjeuner de la cuisine est devenue très populaire durant la dernière année [...]. Une alcôve étroite munie d’un banc à chaque côté, avec [s]a table oblongue au centre, peut avoir aussi ses fenêtres-croisées, garnies joliment de rideaux de mousseline. 1921, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 5 août, p. 2.

Ici et là, autour de la salle se trouvent des cabinets vitrés contenant des collections de monnaies, de médailles ou de timbres qui sont d’un grand intérêt pour les philatélistes et les numismates. Dans chacune des alcôves on remarque des tables de travail réservées aux députés. 1948, Le Samedi, Montréal, 22 mai, p. 7.

Avec un peu de chance, on peut se retrouver [au restaurant] dans une petite alcôve privée, séparée par des paravents pour déguster des mets raffinés, tranquillement en amoureux. 1988, La Presse, Montréal, 26 juin, p. D1.

[…] 1 ch. au 2e + boudoir, lit escamotable au s/sol, cuisine et alcôve salle à manger, foyer, garage double chauffé […]. 2011, La Presse, Montréal, 14 mars, affaires, p. 9 (annonce).

Les gourmets descendent ensuite dans la salle à manger où de petites alcôves permettent d’assoir une vingtaine de convives. 2018, Le Soleil, Québec, 9 juin, p. M69.

Histoire

1Depuis 1831; emprunt sémantique à l’anglais (v. OED, s.v. alcove : « an arched recess or niche in the wall of any building or apartment, of a cave, etc. »; v. aussi Webster 1986). 2Depuis 1899, de même origine (v. Webster 1986 : « a recessed part (as a breakfast nook) of a room »); le syntagme alcôve à dîner est un calque de dining alcove (v. Random 1983 et Harrap 1983).

Dernière révision : novembre 2022
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Alcôve. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/alcove