Recherche avancée

AGITATION [aʒitasjɔ̃]
n. f.

  

DisparuAction concertée visant à mobiliser l’opinion publique relativement à une question d’intérêt collectif.

C’est à vous tous, censitaires, qu’il appartient d’éclairer le peuple sur cette question et de lui montrer sa véritable situation. Il faut que cette position finisse, et il faut, pour que les censitaires se fassent une position avantageuse et équitable, que l’agitation se poursuive dans tous les comtés, et qu’on demande d’amender cette loi inique. 1855, Le Pays, 25 janvier, p. [2].

Notre confrère ajoute : « Le signal que la Convention vient de donner n’est que le prélude d’une agitation nouvelle qui sera ferme et décidée autant que calme, paisible et constitutionnelle. » 1855, A. X. Rambau, Le bill seigneurial exposé sous son vrai jour par le journal « La Patrie », p. 24.

Pourtant M. Vienne ne perd pas l’espoir et dit dans son dernier rapport : « L’opinion publique semble se réveiller de sa longue torpeur et le nombre de ceux qui veulent de bonnes écoles augmente. J’ai reçu des plaintes de contribuables qui se plaignent de voir les commissaires engager des maîtresses d’école à des salaires infimes et mettre des nullités à la tête des écoles sans chercher à s’enquérir de leurs aptitudes. » Voilà le fruit d’une agitation tenace en faveur d’une bonne cause. 1897, Le Réveil, Montréal, 30 janvier, p. 326.

On sait que cette ligue [d’hommes d’affaires] poursuit trois objets principaux : 1o Faire connaître la ville de Montréal. 2o Attirer autant d’étrangers que possible à Montréal. 3o Créer une agitation en faveur de l’amélioration de nos rues et de l’embellissement de nos squares et parcs publics. 1900, La Presse, Montréal, 9 juillet, p. 3.

Elle [la section locale d’un syndicat] veut également un [sic] agitation en faveur de la journée de 8 heures dans l’industrie textile. 1913, Le Soleil, Québec, 3 janvier, p. 7.

Nous savons que les directeurs de l’hôpital Français ont multiplié les protestations, au nom de leurs malades. Nous n’avons pas besoin de savoir si les citoyens de la rue Sanguinet ont aussi élevé la voix : puisque St‑Sulpice et l’hôpital Français n’ont pu remuer nos administrateurs, des gens du peuple auraient perdu leur temps à tenter une agitation : leur voix n’aurait pas porté jusqu’à ceux qui gouvernent à l’hôtel de ville! 1922, La Patrie, Montréal, 28 septembre, p. 4.

L’on prend un vif intérêt à un projet de loi que voudrait faire adopter le conseiller John‑J. Doyle, de Buffalo. Il a organisé une agitation pour que la Législature abroge la loi exemptant de droits de péage la moitié du pont de la Paix qui appartient aux États-Unis. 1935, La Presse, Montréal, 2 janvier, p. 13.

Histoire

Depuis 1855; probablement d’après l’anglais agitation (v. Webster 1986 et OED (en ligne) 2022‑07, sens 3.b), mais on ne peut écarter totalement l’hypothèse voulant qu’il puisse s’agir d’une extension du sens d’« action de s’agiter avec des visées de transformation sociale ou politique », courant en français (v. TLF).

Dernière révision : octobre 2022
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Agitation. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/agitation