Recherche avancée

ADIDOU [adidu]
interj. ou n. m. invar.

  

VieuxTerme utilisé pour saluer qqn que l’on rencontre, pour s’informer de lui.

Il y a encore un moyen infaillible de les distinguer [ceux qui attaquent la langue française dans son honneur] : c’est qu’ils vous toisent dans les rues en vous gloussant des adidou, et en portant adroitement le bout de leurs cannes vis-à-vis de leurs blancs nez pour saluer les amis de l’espèce. 1858, Le Gascon, Québec, 7 avril, p. 45.

Vous m’connaissez [...]. Aussi pas besoin de vous dire que j’y ai modulé [à la fille] un « Adidou? » mielleux et sentimental, accompagné de mon sourire du dimanche. Mais motte. Elle m’répond seulement pas. Elle me lance un œil de porc-frais et se revire de bord. 1940 env., A. Bourgeois, Ladébauche en char pullman, Voyage autour du monde de Joson et Josette, p. 1 (monologue détaché; radio).

 (Variantes).

 Adidouce. (voir p. ex. Manseau 112, et GPFC, s.v. adidou; voir aussi PoirAc 280, qui le présente comme un mot du « bas de Québec »).

 Par aphérèse Didouce. (voir PoirAc 280 : « La mère canadienne dira à son fils, toujours bien élevé : ‘Fais didouce à Monsieur’; tout comme une mère acadienne dirait à sa fillette de lui faire le petit pied. »).

Histoire

Depuis 1858. De l’anglais how dee do (ou how-de-do), variante de how-do-you-do (v. OED); il ne s’agit donc pas d’une réduction phonétique proprement québécoise de la formule anglaise how do you do?, comme on l’a parfois prétendu (v. GendrPhon 61 et VinFr 388 p. ex.). La variante adidouce est peut-être analogique de doux/douce.

Dernière révision : octobre 2022
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Adidou. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/adidou