Recherche avancée

AD LIBER [adlibe]
v. intr. ou tr. dir.

Rem.

Variantes graphiques : ad‑liberadliber.

  

Faire de l’ad lib (sens 2).

Il s’est passé une chose bien curieuse [dans un studio où était produit un radioroman], ma p’tite dame! Germaine, la jeune garde-malade amoureuse tançait d’importance la cruelle amie du malade : tout à coup, le drame devient noir au point qu’on ne voit plus rien dans le studio. Horreur, épouvantable horreur! Germaine, au micro, vaillamment tient le coup! Elle continue à morigéner sa rivale… ad lib! […/] Tandis que Tante Lucie n’en peut croire ses yeux, (et pour cause!) Germaine Lemyre « ad lib[e] » toujours! 1947, Radiomonde, Montréal, 16 août, p. 11.

Un speaker qui nous étonne par sa versatilité : Miville Couture. Sévère et léger, sérieux et comique, impassible et fougueux, classique et bout-en-train [sic], Miville peut ad‑liber en espagnol aussi bien qu’en français… 1951, Radiomonde, Montréal, 18 août, p. 12.

[…] notre Mo‑Mo bien à nous [Michel Noël], racontant une anecdote de scène, expliquait à Judith Jasmin : (…) « On a dû, ce soir-là, ad liber… [»] Ad liber… Je savais que chez les Américains, ces gens pressés, la locution latine est depuis longtemps amputée de ses deux dernières syllabes : ad lib, mais j’ignorais qu’on pût ad liber à Radio-Canada! Voilà donc, et vous l’ignoriez sans doute vous aussi, que le verbe improviser est tombé en désuétude… 1956, Le petit journal, Montréal, 13 mai, p. 63.

Sur papier, CKAC marque des points en embauchant ce p’tit vite de 23 ans : [Pierre] Brassard peut adliber à l’aise et, pré‑requis dans l’humour du coin, imiter n’importe qui. 1989, La Presse, Montréal, 6 mai, p. D10.

Cher René Homier‑Roy, En t’écoutant annoncer ton départ des ondes matinales de C’est bien meilleur le matin après 15 ans, cette semaine, je te voyais, funambule sans filet derrière ton micro de Radio-Canada. Combien de fois t’ai-je observé ad liber sur un livre, un sujet, sans notes, oubliant tout ce qui t’entourait. 2013, J. Blanchette, Le Devoir, Montréal, 26 avril, p. B10.

« Je [Pascale Nadeau] ne suis pas faite pour la monotonie. Je ne me verrais pas rentrer tous les jours et savoir ce qui m’attend. Il faut être capable de rebondir, d’ad liber, de parler de la nouvelle. Ça nécessite forcément une curiosité assez exceptionnelle ». 2013, Le Droit, Ottawa, 27 juillet, Voilà! (supplément), p. 3.

 RareAd libeur, ad libeuse n. Comédien, comédienne qui pratique l’ad lib.

À bout de souffle, ne sachant ce qui se passe à l’arrière-scène, ayant épuisé toutes les ressources de son grand talent « d’ad-libeuse », Juliette Pétrie s’avance vers la coulisse [...]. 1978, Ph. Laframboise, La Poune, p. 108.

Histoire

Depuis 1947. Ce verbe, ainsi que ad libeur, ad libeuse (1978), sont des emprunts à l’anglais américain (v. OED (en ligne), 2021‑06, et Webster 1986, s.v. ad‑lib et ad‑libber).

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : septembre 2021
Pour poursuivre votre exploration du mot ad liber, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Ad liber. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/ad-liber