Recherche avancée

ACHALANDAGE [aʃalɑ̃daʒ]
n. m.

  

Action de fréquenter en grand nombre un endroit, un lieu, d’y affluer; résultat de cette action.

Fort, faible achalandage. Hausse, baisse de l’achalandage.

Rem.Le sens d’« ensemble des clients d’un fonds de commerce » est également attesté, mais, comme en France, il n’est plus guère usité de nos jours.

Tout le monde sait quels changements merveilleux M. Durocher a fait faire à l’hôtel dont il est le propriétaire depuis quatre ans; le fait est que cet hôtel n’a conservé que son nom. Le public a su apprécier tant d’activité et tant d’efforts réunis, et n’a cessé de se porter en nombre à l’hôtel Richelieu. M. Durocher a droit d’espérer cependant un achalandage plus considérable encore, grâce aux récentes améliorations qu’il vient d’introduire et aux facilités nouvelles qu’il offre aux habitudes et aux goûts les plus divers. 1876, Le Réveil, Montréal, 16 décembre, p. 466.

L’on constate à ces chiffres que les expéditions de blé et de farine se sont accrues par les ports canadiens, tandis qu’elles ont décru par les ports américains, et pour causes. Mentionnons entr’autres : la diminution des taux de transport des chemins de fer canadiens, le développement des ports nationaux, l’ouverture de Churchill, le plus fort achalandage des routes occidentales sur rails et sur mer. 1932, La Presse, Montréal, 29 octobre, p. 24.

Des statistiques émanant du greffe de la Cour municipale, il ressort que la circulation demeure la cause majeure de l’achalandage de ce tribunal. 1956, La Presse, Montréal, 14 janvier, p. 51.

La circulation [automobile entre les villes de l’Ontario central] y est donc bien moins intense que dans la vallée du Saint‑Laurent. Étant donné qu’il s’agit de la Transcanadienne nouvelle, ce faible achalandage ne peut s’expliquer par un mauvais état de la route. 1965, L.‑E. Hamelin, Cahiers de géographie du Québec, vol. 10, no 19, p. 44.

Il y en a du va-et-vient près des écuries de la piste de courses de poneys, tant avant qu’après chaque course. L’achalandage va certes diminuer au cours des prochains jours alors que la saison 1980 s’est officiellement complétée dimanche dernier. 1980, Peuple‑Tribune, Lévis, 10 septembre, p. B14.

[...] le port de Québec a été témoin de 105 escales de navires de croisière, qui ont amené dans la Vieille Capitale 32,000 visiteurs et 16,000 membres d’équipage. Il s’agit d’une hausse spectaculaire [.../] M. Dave Johanson, gérant de la promotion au port de Québec, a attribué cet achalandage à divers facteurs [...]. 1987, Le Soleil, Québec, 24 octobre, p. A9.

Les stops, c’est bon pour la sécurité sauf qu’à 16 h, il y a trop d’achalandage sur le chemin des Patriotes, affirme-t-il. Les policiers ont beau faire leur travail, ils ne peuvent être partout à la fois. 2004, L’Œil régional, Belœil, 9 octobre, p. 1.

L’engouement des Québécois pour les lieux a généré un fort achalandage au parc national des Grands‑Jardins et il arrive plus fréquemment cet été que des voitures soient stationnées sur l’accotement de la route 381 […]. 2020, Le Charlevoisien, Baie‑Saint‑Paul, 26 août, p. 3.

Histoire

De achalander. Depuis 1876.

Dernière révision : septembre 2021
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Achalandage. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/achalandage