Recherche avancée

ACCOMPLISSEMENT [akɔ̃plismɑ̃]
n. m.

  

Vieux(Général. au pluriel). Aptitude, connaissance requise pour faire preuve d’un certain savoir-faire, d’un certain savoir-vivre.

Ornée de tous les charmes et de tous les accomplissements, dont j’ai fait la description, […] il est impossible de supposer que Rosalie fût sans admirateurs. 1837, Le Populaire, journal des intérêts canadiens, Montréal, 25 octobre, p. 1.

On raconte des histoires fabuleuses de ces héros de grand chemin. Ma mère me disait qu’il y avait un nommé Laurent […] qui réunissait toutes les qualités d’un héros de roman, tous les accomplissements, comme vous dites, vous autres Anglais, qui, sous le prétexte que vous avez été Normands autrefois, vous permettez de temps en temps d’enrichir notre langue d’une expression pittoresque […]. 1885, La Presse, Montréal, 12 septembre, p. 1.

Votre copain de la Minerve - en voilà un qui sans posséder tous vos accomplissements, comme on dit au collège, parle du jugement comme si c’était sa spécialité ! - votre copain de la Minerve croit me faire beaucoup de peine en me disant que je ne suis pas un aigle. 1893, L. Fréchette, À propos d’éducation : lettres à M. l’abbé Baillargé du Collège de Joliette, p. 15.

Cette jeune fille est sortie du couvent avec tous les accomplissements. 1930, Société du parler français au Canada, Glossaire du parler français au Canada, Québec, p. 9.

Les demoiselles, les jeunes comme les moins jeunes, voulaient tout l’temps se faire servir par Turlutte. I paraît qui avait été élevé par un de ses oncles. C’était pas sûr. En seulement i venait de par en bas pis i avait eu tous ses accomplissements dans un grand collège. I devait rentrer en religion. Toujours est-il qui a rentré comme commis dans un magasin. 1949, Cl.‑H. Grignon, Le père Bougonneux, Le Bulletin des agriculteurs, juin, p. 78.

Histoire

Depuis 1837. D’après l’anglais accomplishment « a grace, skill, or knowledge expected in polite society » (usité général. au pluriel, v. p. ex. Random 1983 et Webster 1986). Cet emploi a été relevé également en français de France au XIXe s. (chez Alexandre Dumas), mais par référence à l’anglais (v. Larousse 1866). Accomplissement a eu cours en moyen français avec le sens voisin de « qualité morale, vertu remarquable, portée à un très haut degré » (v. Huguet et LaCurne), mais il ne paraît pas y avoir de lien direct entre cet emploi et l’emploi québécois.

Dernière révision : janvier 2021
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Accomplissement. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/accomplissement