Recherche avancée

ACCÉLÉRANT [akseleʀɑ̃]
n. m. et adj.

  

n. m. Produit, matière hautement inflammable dont on se sert pour allumer un feu, en favoriser la propagation.

 adj.

Produits accélérants.

Rem.1. Terme du vocabulaire des incendies qui se rencontre fréquemment dans les médias. 2. L’OQLF a admis ce terme dans le GDT (en 2002) après l’avoir d’abord considéré comme une forme fautive.

Dans son rapport, M. Bernard Peclet, de l’institut médico-légal de Montréal, attribue l’incendie à trois possibilités [:] (1) inflammation spontanée de produits combustibles, (2) imprudence flagrante : mégots, etc… (3) incendiaire avec ou sans aide d’un accélérant. 1967, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 11 mai, p. [3].

Le travail des sapeurs-pompiers, qui ont dû œuvrer par moins 23 et dans un vent de 20 kilomètres à l’heure, aura notamment été compliqué [...] par le fait que sept ou huit cordes de bois de chauffage sec était entreposé [sic] dans le sous-sol. « Un accélérant naturel », dira le détective [...] qui a enquêté sur l’affaire [...]. 1987, Le Soleil, Québec, 13 mars, p. A2.

Selon la station de télévision, l’enquête aurait aussi permis de déterminer que des journaux avaient aussi servis [sic] de combustible en plus d’un produit accélérant. 1989, Le Soleil, Québec, 19 janvier, p. A2.

C’était l’heure du souper au chalet, les enfants avaient faim, les briquettes du petit poêle au charbon de bois avaient pris l’humidité. La mère met un accélérant pour que le feu démarre plus vite. Une mauvaise habitude qui tourne au drame ce jour-là. 2015, ICI Québec (site Web), 10 août.

Histoire

Depuis 1967. Calque sémantique de l’anglais accelerant « a substance used to accelerate a process (as the spreading of a fire) » (v. WebsterC 1984). Le mot ne figure pas dans les dictionnaires de France, mais il est courant comme substantif et comme adjectif (notamment dans produits accélérants) dans les journaux et sur les sites web de l’Europe francophone. En France, il se rencontre surtout dans les médias régionaux, mais il est bien attesté également dans les journaux parisiens, comme Le Monde (p. ex. le 28 avril 2018 (site Web) : Un expert en incendie a été requis pour déterminer l’origine de l’incendie. […] Des analyses sont en cours pour rechercher la présence éventuelle d’accélérants) et Le Figaro (p. ex. A.-M. Revol le 30 octobre 1998, p. 12 : Entre 2 h 50 et 3 h 20, ce sont au total cinquante poubelles et deux conteneurs qui ont pris feu, sous l’effet de « produits accélérants », aux abords de ces bâtiments). Depuis les années 1950, et surtout depuis l’avènement de l’Internet, les manifestations de l’influence de l’anglais en Europe francophone et au Québec se ressemblent de plus en plus.

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : mars 2021
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Accélérant. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 14 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/accelerant