Recherche avancée

ABANDER [abɑ̃de]
v.

Rem.

Variante graphique : (d’après une prononciation vieillie) embander.

1

v. pron. Vieilliou litt.(En parlant d’animaux). Se mettre en bande; se joindre à (d’autres animaux).

2022, TLFQ, S'abander [vidéo].

Les oiseaux s’abandent l’automne pour partir. Des chevreuils qui s’abandent avec des moutons.

 (En parlant de personnes). Se rassembler, s’attrouper; s’associer (général. avec des gens peu recommandables).

S’abander à une troupe de voleurs. S’abander avec des voyous, des vauriens, des coquins.

Il y a aussi grand nombre d’Etourneaux qui s’abandent en Septembre & Octobre : quantité de Grives, Merles, Hortolans, & un nombre infiny d’autres petits oyseaux dont je ne scay pas les noms. 1664, P. Boucher, Histoire veritable et naturelle, p. 72.

M. Masson n’est pas un canadien comme les autres. C’est du monde trop monsieur pour s’abander avec des gens qui ne sont pas corrects comme lui. Il n’aime pas à être bâdré par les entrepreneurs canailles et à se faire courailler dans les rues par les chercheurs de places du gouvernement. 1882, Le Grognard, Montréal, 11 février, p. 2.

Sire le roi, vous allez faire une grosse soirée, vous allez donner un festin. Tout le monde de la ville y sera invité. [...] Le soir arrivé, voilà le monde qui s’abonde [sic] dans le château du roi. 1945, Amqui (Matapédia), AFEUL, Ch.-M. Barbeau, ms. 167, p. 6 (âge de l'informateur : n. d.).

Il [le chasseur] avait réussi à dresser un vieux jars qui allait s’abander avec les canards noirs, puis qui les conduisait à ses canes, dret à côté de l’affût. 1947, G. Guèvremont, Marie-Didace, p. 126.

Mais, après ça, le gibier a changé de place. C’est juste qu’on allait à la même chasse, mais seulement dix ans plus tard, et puis on n’en avait plus, de gibier. Il y avait plus moyen d’en voir. On voyait une bande d’outardes, l’oie d’abord, s’est abandée en haut parce que le manger a diminué à la batture. 1960 env., Isle-aux-Coudres (Charlevoix-Ouest), AFEUL, P. Perrault 560 (âge de l’informateur : n. d.).

On le voit moins souvent à Montréal, le député Martin préférant coudoyer le gratin libéral de la colline parlementaire d’Ottawa. Médéric se fait de nouvelles relations politiques, décline les invitations à dîner de ses anciens amis échevins, ne s’abande qu’avec de respectables parlementaires. 1979, R. Migner, Le Devoir, Montréal, 6 août, p. 5.

Toute la journée les oiseaux [des carouges] grapilleront, la plupart du temps rendus invisibles par la végétation. Puis, vers la fin de l’après-midi, les diverses confréries s’abandent de nouveau et, d’ajout en ajout, constituent un gigantesque défilé aérien, un noir nuage de familles qui se retrouvent au refuge, devenu dortoir de plusieurs centaines de milliers d’oiseaux. 1996, P. Morency, La vie entière, p. 197.

v. tr. VieuxRéunir, rassembler (des personnes). (Clapin et Dionne).

 Liguer.

Abander une assemblée, une foule contre soi. (Manseau, Clapin et Dionne).

 VieilliAbandé, abandée adj. Qui s’est abandé (avec d’autres animaux).

Un cheval abandé avec des caribous.

 Qui s’est abandé (avec d’autres personnes).

2

v. pron. VieilliSe mettre en concubinage. 

Ross s’était abandé avec une autre [femme], qui le courait. Il aurait voulu s’en défaire, mais Ovéline ne le lâchait pas. 1937, Métabetchouan (Lac-Saint-Jean-Est), dans V. Tremblay, Mémoires de vieillards, no 197, p. 1.

 VieilliAbandé, abandée adj. Qui vit en concubinage. (LapMam 50, PPQ 1892, Lavoie 2803).

Histoire

De bande « groupe de personnes, d’animaux qui vont ensemble ». 

1Depuis 1664. Héritage de France; a été relevé dans les parlers de la Picardie, du Maine et de la Champagne (v. FEW gothique bandwa 151, 54a, et TarbéChamp); cp. en outre abander v. intr. « se réunir en bande » en français des XVIe et XVIIe s. ainsi que abendeir « s’associer » en champenois (v. FEW id. et Godefroy). Abandé « qui est ligué, associé (avec d’autres personnes) » a été relevé en moyen français ainsi qu’en picard (ibid.). 2Depuis 1937.

Dernière révision : novembre 2020
Trésor de la langue française au Québec. (2020). Abander. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 17 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/abander